Posts Tagged ‘Press Freedoms’

محاكمة صحافي تونسي تثير المهتمين بقضايا الرأي العام

تونس: المنجي السعيداني

أثارت محاكمة الصحافي التونسي الفاهم بوكدوس وهو في حالة مرض موجة من التساؤلات في صفوف المهتمين بقضايا حقوق الإنسان في تونس حول حق الدائرة الجنائية في إصدار حكم بالسجن في آخر مرحلة قضائية على متهم كان على فراش الموت بمستشفى سهلول من ولاية (محافظة) سوسة الواقعة على بعد 140 كلم عن العاصمة التونسية.

فإلى جانب «مختلف الخروقات التي صاحبت أطوار محاكمته في المرحلة الابتدائية والاستئناف» كما ورد في تقرير لهيئة الدفاع عن الصحافي الفاهم بوكدوس والمكونة من أكثر من خمسين محاميا، فإن التساؤل بني بالأساس على مفهوم القوة القاهرة إذ اعتبرت هيئة الدفاع أن القانون يؤكد على مفهوم «القوة القاهرة»، وهي تبعا لذلك تعلق الإجراءات وتوقف المحاكمة، حتى أحيانا لمجرد الاستظهار بشهادة طبية من طبيب خاص.

وأكدت من ناحية أخرى على تسرع المحكمة في إصدار حكم على متهم نزيل المستشفى بمرض خطير (مرض الربو في حالة الفاهم بوكدوس)، وتساءلت كيف يمكن لممثل النيابة العمومية أن يقول قبل المفاوضة وإصدار الحكم إنه «يوجد بالسجن أطباء يمكنهم العناية بالمتهم؟» واعتبرت هذا التصريح من قبيل الحكم الجاهز قبل إصدار الحكم القضائي.

حول مفهوم القوة القاهرة التي توجب إيقاف المحاكمة، قال رضا الرداوي أحد محامي الصحافي الفاهم بوكدوس إن الفصل 211 من قانون الإجراءات الجزائية يوقف كل الإجراءات ويؤجل الدعوى القضائية إذا كان المتهم في حالة سريرية نزيل المستشفى، كما أن الفصل القانوني 150 من القانون نفسه يمنع إصدار حكم قضائي في الدرجة النهائية من التقاضي دون حضور المتهم للدفاع عن نفسه. وقال إن إقامة الصحافي الفاهم بوكدوس في السجن قد تمثل خطرا على حياته باعتبار تعرضه لمجموعة من الأزمات الصحية نتيجة مرض الربو الذي يتطلب سرعة التدخل من 5 إلى 6 دقائق على أقصى تقدير لإيقاف الأزمة الصحية وهو ما لا يتوفر في السجن المدني بقفصة (650 كلم جنوب العاصمة) كما ذكر الرداوي، وحول إمكانية إخراجه من السجن والإقامة في المستشفى للمعالجة الفورية، قال رضا الرداوي إن القانون التونسي لم يشرع لمثل هذه الحالات ومكن المتهم من الإقامة بالمستشفى المدة اللازمة للعلاج فحسب.

وقالت عفاف بن نصر زوجة الفاهم بوكدوس في تصريح لـ«الشرق الأوسط» إن المطلب الأساسي لعائلة السجين بوكدوس هو معالجة زوجها وضمان التدخل الطبي العاجل، وذكرت أن آخر أزمة تنفس تعرض لها زوجها استوجبت 40 دقيقة للتدخل الطبي وهو ما قد يمثل خطرا على حياته.

وكان القضاء التونسي قد أقر يوم 6 يوليو (تموز) الماضي الحكم مع التنفيذ العاجل ضد الصحافي التونسي الفاهم بوكدوس يقضي بسجنه مدة 4 سنوات، إلا أن تعكر وضعه الصحي ونقله إلى مستشفى بولاية (محافظة) سوسة لإصابته بمرض «الربو» أجل بداية تطبيق الحكم الصادر ضده، إلا أن السلطات التونسية نقلته بعد نحو الأسبوع من العلاج إلى السجن المدني بقفصة لقضاء مدة العقوبة وهو ما اعتبرته هيئة الدفاع خطرا على حياته.


Tunisie. "Alors que Taoufik Ben Brik a fini hier de purger sa peine, le procès d’un reporter indépendant s’ouvre dans le sud du pays et la police continue de harceler la presse" souligne Libération.

"Quand ils ne remplissent pas les prisons ou les tribunaux, les journalistes tunisiens qui gênent le pouvoir finissent au commissariat pour un tabassage en règle, comme Zouhair Makhlouf samedi soir."

"Journaliste indépendant lui aussi, Zouhair Makhlouf a réalisé à l’automne dernier un reportage sur les conditions de travail dans la zone industrielle de Nabeul. Un sujet sensible dans un pays qui vit de la sous-traitance, surtout dans le textile et les plateformes d’appel. Le 1er décembre, il a été condamné à trois mois de prison ferme, (…). Mais depuis qu’il est sorti de prison, la police ne le laisse pas tranquille. Samedi, (…) il a été arrêté devant chez lui, emmené au commissariat et tabassé. Il en est sorti tard le même soir, en sang et le nez fracassé." 

Libération du 28, Avril, 2010  

Posted via nawaat’s posterous

07 Jul 2010

Fahem Boukadous

 

As statements of contempt for free expression, they don’t come much plainer. This week Tunisia told the world that it defines independent journalism as “spreading news likely to harm public order,” and independent media as “criminal organisations”

On 6 July a Tunisian appeals court confirmed the four-year prison sentence handed down to journalist Fahem Boukadous, simply for doing his job and reporting trade union protests in the provincial city of Gafsa in 2008.

For many members of the Tunisian Monitoring Group (TMG) of IFEX free expression network, the verdict is part of a process of institutionalising state censorship in Tunisia with the help of a sympathetic judiciary. It has strongly condemned the charges.

The TMG is urging the Tunisian authorities to end ongoing harassment of critical journalists and to respect free expression in line with its domestic laws and its ratified commitments to international covenant on civil and political rights.

It also lays down a serious challenge to the European Union to condemn the harassment. Brussels is already hesitating in offering Tunis the special trade relationship already offered to its neighbour Morocco.

The charges brought against Boukadous, which include “belonging to a criminal association” and “harming public order”, appear to be yet another political manoeuvre aiming to silence criticism of Tunisian authorities.

To do it, those same authorities are dragging an innocent sick man through hospitals, courts and jails out of sheer maliciousness. Having exposed the state’s failures in Gafsa in 2008 the state is now making Boukadous suffer for it.

Boukaddous was unable to attend the hearing as he was in a hospital in Sousse where he is being treated for respiratory problems. “There are plainclothes police agents in the hospital pressuring medical staff to release me so that they can take me to prison. Hospital staff are refusing to yield to their pressure”, Boukaddous told the TMG.

Radhia Nasraoui, one of his lawyers, denounced the court ruling as “harsh and unfair” and warned against the “dangerous consequences” of denying Boukaddous the “vital medical care he needs.” She added that several political prisoners have died from a “lack of medical care” over the past years.

Boukadous, a journalist with Al-Hiwar Al-Tunisi satellite television station, went into hiding in July 2008 after discovering that he was wanted by the Tunisian authorities. He was sentenced to six years in prison in December 2008.

In November 2009 he emerged to challenge the sentence on the basis that he had been tried in absentia. A court overturned the previous ruling, but said that Boukadous would again be tried on the same charges. In January of this year, the journalist was found guilty and sentenced to four years in prison, which his lawyers appealed, without avail.

Index on Censorship currently chairs the TMG, which is a group of 20 organisations who belong to the International Freedom of Expression Exchange (IFEX) network

 

Posted via nawaat’s posterous

Tunis le 8 Juillet 2010

 

La cour d’appel de Gafsa a confirmé nos craintes pour le journaliste et militant des Droits de l’homme Fahem Boukaddous. Il a été condamné en appel à 4 ans de prison ferme. Actuellement hospitalisé à Sousse pour maladie grave, la police encercle l’hôpital et menace de l’arrêter malgré la résistance de ses médecins.

Notre ami et camarde Fahem a réussi à couvrir et filmer les manifestations populaires de Redeyef. Aux yeux du pouvoir, il doit être châtié. Ainsi, le dossier de Redeyef n’est pas définitivement clos et le pouvoir veut encore vindicativement poursuivre les militants du bassin minier de Gafsa.

En effet, en confirmant la peine de prison à l’encontre de notre ami Fahem, il veut punir un militant dans la région frondeuse de Gafsa.

Fahem a dirigé la lutte des jeunes diplômés en chômage dans la région de Gafsa et assuré la coordination de cette lutte dans toutes les régions de Tunisie.

Il a soutenu le parti « Tunisie Verte » lorsque les responsables régionaux ont commencé à arracher des milliers d’arbres sur la route de Gafsa-Tunis afin de construire un centre administratif.

Le parti « Tunisie Verte » réitère son soutien au journaliste militant, Fahem Boukaddous et demande l’arrêt total de toutes poursuites judiciaires le concernant ainsi que la fermeture totale du dossier Redeyef en apportant réellement les solutions concrètes aux jeunes diplômés en chômage dans toutes les régions déshéritées de notre pays.

Abdelkader Zitouni

Coordinateur National du parti « Tunisie Verte »

Membre du Parti Vert Européen,

Membre de la fédération des verts africains,

Membre de "Global Greens".

E- mail : tunisie.verte@gmail.com

Tel : 00.216.98.510.596

Fax : 00.216.71.750.907

 

Posted via nawaat’s posterous


A voice in the wilderness: Fahem Boukadous in a Reporters Without Borders video.

In his daily press briefing as the U.S. State Department Spokesman, Mark Toner today addressed issues in Russia, North Korea, Iran, China, and several other places, and ended with this comment on Tunisia:

“And finally, in Tunisia, the United States is deeply concerned about the decline in political freedoms, notably severe restrictions on freedom of expression in Tunisia. In particular, we’re troubled by the recent sentencing of independent Tunisian journalist Fahem Boukadous to four years imprisonment for his coverage of protests in the Gafsa mining region of Tunisia in 2008.”

When he took questions, no reporter asked him about either Tunisia or Boukadous. That’s too bad. Tunisia in the American imagination is not much more than a sprawl of tourism. Politically, it’s an untouchable “ally” that abides by Bush-era crackdowns on all things Islamist. It’s not a democratic country. Its president, Zine el Abidine Ben Ali, is in that club of soft dictators who rule north Africa from Egypt to Morocco, ensuring, above all else, their own power.

Earlier this week, an appeals court in Tunisia upheld the criminal conviction and four-year prison sentence of Boukadous, a correspondent for the satellite television station Al-Hiwar al-Tunisi for “belonging to a criminal association.” His crime? He covered the violent labor protests in the Gafsa mining region in 2008. Boukadous couldn’t even attend the hearing: he’s in hospital, suffering from acute asthma. But it would have been no use anyway. His defense lawyers were banned from presenting their case.

Boukadous himself justifiably called the ruling a “pre-prepared political sentence issued by the court against a journalist who covered events” that were unfavorable to the government.

The Tunisia government replied with its usual blather about improvements in the country, countering that Boukadous was not a real journalist because he didn;t carry proper credentials (credentials he would have secured from the catch-22 offices of the Tunisian government), and that, in a statement from the Tunisian foreign ministry, “the American State Department spokesman should have spoken about the increasing strength of these freedoms both in writing and in practice.”

The foreign ministry must have failed to take note of the U.S. State Department’s gushing over Tunisia on its country profile page. When it comes to US-Tunisia relations, the State Department is all roses:

“The United States has very good relations with Tunisia, which date back more than 200 years. The United States has maintained official representation in Tunis almost continuously since 1795, and the American Friendship Treaty with Tunisia was signed in 1799. The two governments are not linked by security treaties, but relations have been close since Tunisia’s independence. U.S.-Tunisian relations suffered briefly after the 1985 Israeli raid on PLO headquarters in Tunis, after the 1988 Tunis assassination of PLO terrorist Abu Jihad, and in 1990 during the Gulf War. In each case, however, relations warmed again quickly, reflecting strong bilateral ties. The United States and Tunisia have an active schedule of joint military exercises. U.S. security assistance historically has played an important role in cementing relations. The U.S.-Tunisian Joint Military Commission meets annually to discuss military cooperation, Tunisia’s defense modernization program, and other security matters.”

Boukadous, in other words, doesn’t rate much higher than a passing comment in a news conference, and Mark Toner was probably glad he didn’t have to field any questions about the journalist (“what’s the United States prepared to do to secure his release?”) because he wouldn’t have had answers.

Watch a video of Boukadous’ report on the mining-region protest here, followed by an interview with Boukadous by Reporters Without Borders.

Posted via nawaat’s posterous

Publié le 15 juillet 2010

Le 15 juillet 2010, le journaliste Fahem Boukadous a été arrêté vers 9h30 (heure locale) dans la cour de l’hôpital Ferhat Hached de Sousse, alors qu’il était en compagnie de sa femme. Il a été transféré dans un lieu encore inconnu.

Cette interpellation fait suite à la confirmation en appel, le 6 juillet 2010, de la condamnation du journaliste à une peine de quatre ans de prison ferme. Le tribunal d’appel de Gafsa avait rendu sa décision alors même que le journaliste était hospitalisé depuis le 3 juillet dernier pour des problèmes respiratoires.

Le journaliste était sorti le 14 juillet vers 12h30 de l’hôpital, et avait passé la nuit chez des amis près de Sousse. Il était revenu le 15 juillet à l’hôpital afin de récupérer son dossier médical.

Fahem Boukadous a été poursuivi avec acharnement par les autorités tunisiennes depuis deux ans pour sa couverture des manifestations populaires dans la région minière de Gafsa en 2008. Reporters sans frontières est d’autant plus inquiète pour le journaliste qu’il souffre de problèmes pulmonaires. Il est toujours sous traitement médical et les médecins l’ont convoqué pour de nouveaux examens le 23 août prochain.

C’est un cas de plus qui montre que le régime du président Zine El-Abidine Ben Ali se veut implacable avec les journalistes indépendants. Les autorités sont même prêtes à enfreindre leurs propres règles de justice pour arriver à ses fins (cf. communiqué précédent).

Depuis la réélection du président Ben Ali, en octobre 2009, le pays a renforcé son image d’Etat policier, journalistes et blogueurs subissant un véritable harcèlement au quotidien. Récemment, le Parlement a adopté un projet de loi visant à criminaliser directement les activités de sensibilisation menées par les défenseurs des droits de l’homme tunisiens, renforçant son dispositif légal destiné à verrouiller les libertés fondamentales.

Historique de l’affaire

Le 5 janvier 2008, la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG), principal employeur d’une région marquée par un fort taux de chômage, publie les résultats du concours d’embauche. La population de la région de Redeyef, jugeant ces résultats frauduleux, entend dénoncer la politique de recrutement de la CPG, le favoritisme et la corruption.

Le 7 avril 2008, une trentaine de grévistes sont interpellés, provoquant d’importantes manifestations. Une vague de répression s’abat alors à l’encontre des jeunes et des activistes de la région qui multiplient les rassemblements. Trois jeunes manifestants sont tués. Deux d’entre eux sont tués par balles le 6 juin 2008.

Fahem Boukadous a couvert pour El Hiwar Ettounsi ces manifestations populaires. Il collabore depuis 2006 avec cette chaîne de télévision satellitaire privée, lancée en 2002 à partir de la France .

Les images filmées par Fahem Boukadous sont reprises par d’importants médias panarabes et postées sur les sites de partages de vidéos, tels que YouTube et Dailymotion, tous deux censurés en Tunisie. Le 5 juillet 2008, par crainte d’être arrêté, Fahem Boukadous entre dans la clandestinité.

Le 4 décembre 2008, s’ouvre le « procès des 38 », accusés “d’entente criminelle en vue de commettre des attentats contre les personnes et les biens“, de “rébellion armée commise par plus de dix personnes“ et de “troubles à l’ordre public“. A l’issue du procès le 11 décembre, 33 personnes sont condamnées à des peines allant de deux ans d’emprisonnement avec sursis, à dix ans et un mois de prison ferme. Cinq personnes sont relaxées. Le verdict est rendu en l’absence de plaidoiries de la défense et d’interrogatoires des prévenus.

Fahem Boukadous est, quant à lui, condamné, par contumace, par le tribunal de première instance de Gafsa, à une peine de six ans de prison ferme, pour “appartenance à une association criminelle susceptible de porter atteinte aux personnes et à leurs biens", et “diffusion d’informations de nature à troubler l’ordre public“, sur la base des articles 131 et 121 du code pénal tunisien.

Le procès en appel s’ouvre le 13 janvier 2009. Le 5 février 2009, la cour d’appel confirme la condamnation de Fahem Boukadous à une peine de six ans de prison ferme.

Le 24 novembre 2009, le journaliste se présente libre au tribunal de Gafsa, mettant ainsi un terme à près de dix-sept mois de clandestinité. Absent lors de son procès, Fahem Boukadous peut faire opposition du premier jugement. La procédure recommence depuis le début, annulant les décisions juridiques précédentes concernant le journaliste.

Il a été condamné le 13 janvier 2010 à quatre ans de prison ferme par le tribunal de Gafsa pour les mêmes faits que ceux qui lui étaient reprochés en décembre 2008. Depuis, le procès avait été reporté à plusieurs reprises.

Des affaires « en veux-tu, en voilà »

Le 14 juillet 2010, le tribunal cantonal de Jendouba a annoncé le report du procès du journaliste Mouldi Zouabi, reporter à Radio Kalima, au 4 août prochain.

Alors qu’il s’attendait à être convoqué en tant que plaignant dans l’affaire où il avait été agressé par Khalil Maaroufi, un proche des services de police, Mouldi Zouabi avait reçu, le 7 juillet 2010 pour répondre de l’accusation de « violences aggravées et injures publiques » contre son agresseur.

Le 1er avril 2010, le journaliste a été agressé devant le poste de police central de Jendouba par Khalil Maaroufi, gérant d’un café situé en face du palais de justice à Jendouba (200 km à l’ouest de Tunis).

« Le type est sorti d’une voiture et m’a demandé si je m’appelais Mouldi Zouabi. A peine avais-je répondu par la positive qu’il s’est jeté sur moi en me rouant de coups et me traitant de tous les noms. Il a cassé mes lunettes. Il m’a arraché mes papiers. Il m’a tout pris, mes papiers d’identité, ma carte de presse de la Fédération internationale des journalistes, ma carte bancaire, mon permis de conduire, mon dictaphone et d’autres documents personnels », avait déclaré Mouldi Zouabi.

Mouldi Zouabi avait alors porté plainte auprès du parquet de Jendouba après avoir été examiné par un médecin qui lui a délivré un certificat médical attestant des blessures provoquées par l’agression.

Aujourd’hui, la plainte qu’il avait déposée a été classée pour « insuffisance de preuves » et son agresseur le poursuit pour les faits dont lui-même avait été victime.

Zakia Dhifawi, journaliste à Mouatinoun, a été agressée, le 1er juillet 2010, à Nantes par des policiers tunisiens en civil alors qu’elle intervenait au Forum mondial des droits de l’homme. Elle a porté plainte. A son retour en Tunisie, le 6 juillet 2010, elle a subi une fouille corporelle humiliante.

Dans un communiqué de presse commun daté du 17 juin 2010, Reporters sans frontières, l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’homme, un programme conjoint de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), le Réseau Euro-méditerranéen des droits de l’Homme (REMDH), Amnesty International et Human Rights Watch ont publiquement condamné l’adoption par le Parlement tunisien, le 15 juin 2010, d’un projet de loi visant à criminaliser directement les activités de sensibilisation menées par les défenseurs des droits de l’homme tunisiens (http://fr.rsf.org/tunisie-adoption-…).

Le 8 juillet 2010, une lettre a été envoyée au Président tunisien, Monsieur Zine El-Abidine Ben Ali, afin d’attirer son attention sur les conséquences de l’adoption d’un tel amendement sur les activités de promotion et de protection des droits de l’homme menées par les défenseurs des droits de l’Homme tunisiens, et lui demandant d’abroger cet amendement.

Posted via nawaat’s posterous