Carte de visite, par Afef Bennaceur

Posted: December 8, 2010 in Media
6 décembre 2010

Ce lundi, j’ai constaté que Fahem Boukadous se remettait petit à petit, si ce n’est cette infection à la gorge qui persiste. L’administration temporise toujours quant au reste : droit de la visite directe, la saisie des livres, des revues et des lettres, rien de nouveau donc qui rompe avec la politique d’isolement et de provocation.

Commentant l’annonce du groupe de Jamel Kermaoui pour le 16 janvier prochain, date de la tenue du congrès du Syndicat national des journalistes, Fahem Boukadous a dit que cette date était connue depuis juillet dernier lorsque le « rassemblement » a pris la décision de cette date et l’a imposée à ses partisans, assénant un premier coup à l’accord de « Cadix » en Espagne entre les factions, sous l’égide de la Fédération Internationale des journalistes (FIJ). Boukadous a affirmé que le prochain congrès ne serait que du vernis sur le putsch contre les camarades de Néji Bghouri et le rapt de la légitimité des élections de la première instance indépendante dans l’histoire de la presse tunisienne […] Boukadous considère que l’introduction technique correcte pour sauvegarder le journalisme de l’émiettement et de la division passe par l’élimination des séquelles du putsch, la permission pour les confrères de Bghouri de terminer une période administrative du syndicat et de les charger de réaliser un congrès ordinaire […]

Afef Bennaceur

(traduction d’extraits ni revue ni corrigée par les auteurs de la version en arabe, LT)

Posted via nawaat’s posterous

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s