A lire – Message du journaliste Fahem Boukaddous : Ils n’auront pas raison de ma détermination

Posted: November 30, 2010 in Media
Mes sœurs,

Mes frères,

Le régime tunisien a jeté dans ses sinistres prisons beaucoup de camarades dont Hassen Ben Abdallah et des jeunes de Mdhillah et d’Oum Laksab et comme vous le savez on a tourné en dérision tous les moyens matériels et moraux de l’Etat que ce soit la justice aux ordres, l’information détruite et la troupe pour régler des comptes avec le mouvement social de protestation du bassin minier et se venger de tous les acteurs sans exception, en allant jusqu’aux liquidations sur la voie publique. Ils l’ont fait pour imposer de nouveau la paix des cimetières mais leurs tentatives sont tombées à l’eau. Car l’affaire du bassin minier est toujours à l’ordre du jour, non seulement en Tunisie, mais dans toutes les contrées du monde. Ce qui réfute de façon implacable les allégations mensongères du pouvoir en ce qui concerne la page douloureuse tournée, c’est sans doute votre grève du 25 novembre 2010 qui est un indice supplémentaire que la blessure n’est pas cicatrisée, car vos camarades libérés il y a plus d’un an sont toujours privés d’emploi en dépit des promesses et des dizaines d’autres sont toujours derrière les barreaux dans des conditions pénibles et les difficultés de la région se sont accumulées en sus de la barbarie policière contre les militants et les militantes.

En conclusion, je vous remercie pour votre posture militante en défense du droit et contre la tyrannie et ce n’est pas étonnant compte tenu de l’héritage de votre organisation qui a porté la lutte nationale et professionnelle du temps de Hached et dont l’héritière a fait le lien à maintes reprises entre la lutte revendicative et les libertés générales et individuelles.

En conclusion, je vous informe que je fais une journée de jeûne avec vous.

Je vous serre la main

Liberté pour les victimes de la répression et de l’absolutisme

La prison pour les criminels et les tortionnaires

Fahem Boukaddous

Prison civile de Gafsa, le 24 novembre 2010

(traduction ni revue ni corrigée par l’auteur de la version en arabe, LT)

Posted via nawaat’s posterous

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s